Langue maternelle, notre ADN, notre héritage

Comme tu le sais, ici je balance mes coups de gueule, mes coups de cœur, aujourd’hui je vais te parler d’une chose qui commence à m’énerver. 

Avant de devenir mum, je n’y prêtais pas attention, mais aujourd’hui je pense qu’il faut agir. 

Je suis d’origine rwandaise, ma fille est née ici, son papa est français donc parle plus le français, mais moi j’ai décidé de lui apprendre le rwandais ma langue maternelle. Certes à deux ans elle fait pas beaucoup de différence on peut penser qu’elle va tout mélanger mais je tiens qu’elle est soit bilingue, ainsi elle aura plus de facilité à apprendre d’autres langues quand elle sera plus grande, et puis c’est son héritage. 

J’ai de la famille un peu partout, certains sont restés au pays, d’autres en Belgique en Wallonie et chez les flamands, d’autres en Angleterre. Moi et mon frère on se débrouille en anglais on arrive à échanger avec mes cousins anglais, les belges ça va, même mes cousines qui sont chez les flamands parlent français, car la maman est francophone. 

Là tu peux me dire où est-ce que je vais en venir? 

Mes cousins ( ceux qui sont en Belgique et en Angleterre) quand on se rencontre tous, les plus grands on parle en rwandais, mais les plus jeunes parlent en anglais (mes cousines flamandes parlent aussi anglais car leur papa est anglophone). Le mercredi ma grand-mère qui est aussi en Belgique chez les flamands (ne parlant ni français, ni anglais, ni néerlandais) garde ma cousine de 10 ans Dieu seul sait comment elles communiquent. 

Mais comment ça va se passer quand tous ces jeunes vont partir au pays pendant les vacances? figure-toi c’est le cas cet été, ils parlent aucun mot en rwandais. Quand ils seront là bas comment ils vont faire avec le reste de la famille qui ne parle ni anglais ni français? 

Mes tantes et oncles je pense qu’ils auraient du apprendre le rwandais à leurs enfants, ça va être difficile de communiquer avec les autres, pas drôle de participer à une conversation si tu ne comprends pas de quoi on cause, si tu ne peux pas rire de leur blagues. 

Comme je dis souvent ma fille est rwando-bretonne (OK je ne parle aucun mot de breton à part Kenavo) mais quand je lui parle, je lui parle en rwandais, elle connait quelques mots, peut être elle connaîtra pas tous les mots mais au moins de quoi faire une  conversation. Je souhaite que quand elle ira chez ma grand-mère donc son arrière-grand-mère, qu’elles puissent discuter ensemble.

L’autre jour je voyais une maman allemande avec ses 2 fils, elle les parlait en allemand, j’ai trouvé ça bien, les enfants savent qu’à l’école parle français mais avec leur maman allemand. Je sais que quoi qu’il arrive ma fille parlera français avec la nounou, à l’école et surtout avec son papa, c’est moi qui ai plus à perdre.  

Je suis ravie quand à 19h30 tous les soirs elle me dit Koga (ça veut dire se laver en rwandais) ou quand je la gronde quand elle fait des bêtise je lui dit BIBI (pas bien) peut être c’est rien du tout mais je veux que plus tard quand on partira au pays, elle sera pas perdu. 

Hier soir, en rigolant j’ai dit à ma tante restée au Rwanda de réviser son français, c’est regrettable c’est à mes cousins de s’adapter pas elle. 

Parler une autre langue est une richesse, certes on est loin d’arriver au niveau des chinois, mais à Paris il y a des employés chinois qui parlent chinois pour aider les touristes chinois qui sont richissime mais ne parlent ni anglais ni français. Le fait d’être en Europe ils ont fait de leur langue maternelle un atout, une différence. 

Notre langue maternelle fait partie des choses de notre pays qu’on peut transmettre à la future génération, dommage que certains en quittant le pays ont voulu tout laisser derrière eux, mais ça fait partie de nous c’est comme l’ADN pour moi c’est comme renier ses racines, avec ma fille, on a réussi à motiver le papa, certes le rwandais est une langue difficile à apprendre, mais il participe,  connait quelques mots : le week-end à 19h30 ma fille lui dit KOGA car c’est son tour pour donner le bain, il sait ce que ça veut dire AMATA (lait) Nyama (viande) etc… 

Mais on est dans un monde libre, chacun fait ce qu’il veut n’est-ce pas?!

 

 

Advertisements

One thought on “Langue maternelle, notre ADN, notre héritage

  1. Coucou, j’aime beaucoup ton article et j’ai ressenti le besoin de partager mon expérience perso. Moi ça fait 17ans que je suis en Europe (dont 10 en Italie et 7 en France), avant de quitter mon pays natale le Congo/Brazzaville à l’age de 10 ans, je comprenais ma langue maternelle nommée “le lari” mais je ne le parlais pas. Imagine le bordel dans ma famille, ça parle français, italien et mon dialecte, et ben j’ai appris dans ce bordel ma dialecte.Juste en écoutant mes parents et ma sœur aînée, d’ailleurs même mon beau frère qui est italien comprends notre dialecte maintenant LOOL. Aujourd’hui quand mon père m’entend parlé et utilisé des mots très précis il en reste bouche bée…Tout ça pour dire que l’environnement familial y est pour beaucoup, mais il faut y ajouter un peu de volonté de notre part.

    Des bisous!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s