Ma nouvelle vie de Working-mum

Oh la la ça fait un bail que je n’avais pas écrit par où commencer?

La vie de Working-mum n’est pas facile, me voilà depuis 3 mois que je me lève à 6h30 et dodo 22h30. Et encore c’est quand je me couche tôt sinon c’est 23h30.

Je me demande comment font celles qui ont 3 même 4enfants ou plus, moi le soir avec un je suis HS.

6h30 donc réveil je prépare le petit-déjeuner 7h je vais réveiller ma QueenZ je lui donne son bib en regardant avec elle son dessin animé préféré : la maison de Mickey
Je la prépare 7h20 et moi en même temps, et 7h50 on va chez la nounou je la dépose à 8h j’ai de la chance elle est pas loin de chez moi.
Et 8h10 je prends le bus pour le boulot j’arrive 8h30.

16h30 je quitte mon bureau si je n’ai pas de courses à faire 16h50 je récupère QueenZ sinon un petit tour chez carrefour je la prends à 17h30 ou 18h.
On arrive à la maison on se repose, on se fait des câlins
18h30 faut que je prépare le dîner
19h30 bain pour QueenZ suivi de ma douche. 20h le repas
20h30 dodo pour QueenZ là je peux dire que c’est là finisse ma journée le temps de me poser devant un film.

Depuis un mois je prépare un concours pour la fonction publique mais je suis tellement HS que je ne peux pas lire une page entière enfin si mais ça risque pas d’entrer.

Au boulot ces femmes avec 3 enfants ont le temps de préparer le dîner, faire des gâteaux, aller à la salle de sport, s’occuper de leurs enfants et maris mais où trouvent-elles du temps?

Vu le boulot que j’ai en rentrant de la maison, ça m’a refroidi l’idée d’avoir bébé2.

Sinon le boulot que je fais me plait, les collègues je commence à les discerner certains je m’en méfie comme la peste, d’autres sont formidables en même temps je ne suis pas là pour me faire des amis mais pour bosser. Le matin quand j’arrive je suis toujours de bonne humeur car c’est très important, avec la joie et la bonne humeur on est équipé pour affronter les aléas de la vie en communauté, ainsi je suis blindée envers ceux qui essaieraient me casser.

Le midi à la cantine les collègues féminines parlent justement ce qu’elles ont fait la veille, ça parle de repassage, le dernier entraînement du petit dernier, bref des choses que je ne commenterai pas car je ne les fais pas. Je dois avouer que c’est barbant, la conversation de la petite ménagère de moins de 50ans si je peux dire.
Mais quand il faut rire, je rigole naturellement.
Ah oui ces collègues ça critique beaucoup des vraies commères, et moi je n’aime pas ça. Me moquer de la dernière copine du technicien qu’on a croisé samedi dernier en ville pas trop mon style.

Je m’attends bien avec les cadres (cela ne veut pas dire que je fais la lèche botte, mais les conversations ne sont pas les mêmes, sont plus constructives, plus drôles) mais j’ai constaté que chez nous on mélange pas les torchons et les serviettes les cadres mangent entre eux et les administratifs entre eux. Je trouve ça regrettable.

Ah oui ma collègue F, elle avec sa voix perçante pas gentille du tout, souvent sur la défensive, on travaille dans le même bureau en une journée je peux compter le nombre de mots qu’on s’est échangé.
Dans le bureau on est 3, 2F donc. La dernière F est plus gentille plus cool, mais cette semaine elle était en vacances. Du coup pour détendre l’atmosphère avec la 1ère F je racontais une anecdote un peu rigolote tout de suite, elle me contredit, me casse, j’ai envie de la dire qu’il faut qu’elle se détende, une journée entière sans rien dire devant mon écran je ne peux pas.
Comme je l’ai dit plus haut j’arrive avec ma bonne humeur que j’essaie de la distribuer mais quand ça marche pas, faut pas insister, tant pis. La vie est belle quand on est souriant.

J’ai une autre collègue sa fille de 10ans atteinte d’une cancer du fémur, la petite ne supporte pas les chimiothérapies.
Curieusement cette dame a une force incroyable malgré son problème elle reste gentille comme tout, pétillante et j’essaie de parler autre chose avec elle, histoire de lui changer les idées, car je trouve qu’elle doit en avoir marre de la même question : comment va ta fille, même si ça ne part pas d’une mauvaise intention. Si elle envie de parler de sa fille je lui écouterai faut que ça vienne d’elle.
Mais au fond je prie pour sa fille et pour elle, qu’elle trouve du courage d’être solide pour affronter la maladie de sa fille.

Aujourd’hui j’ai pris quelques jours de congés afin de pouvoir réviser si Dieu le veut, je réussirai et je pourrai mieux envisager le futur sereinement.

Pour revenir à ma vie de Working-mum le samedi je m’occupe de la maison, ménage, courses, lessives.
Heureusement que le papa s’occupe de QueenZ le week-end : bain bib etc. Le matin il me laisse dormir un peu.

Rien n’est facile dans la vie, je ne suis pas entrain de me plaindre, jamais je me plaindrai de travailler car je suis chanceuse d’avoir une telle fatigue beaucoup aimeraient être à ma place. À la fin du mois on est tous ravi de voir son compte bancaire crédité du montant de son salaire.

Et comme a dit l’autre No Pain No Gain sauf si on est rentier à Miami 😉

Advertisements

2 thoughts on “Ma nouvelle vie de Working-mum

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s